LA SOURIS VERTE Index du Forum

LA SOURIS VERTE
Forum de la ludothèque associative de Palaiseau (91)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Cthullu

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA SOURIS VERTE Index du Forum -> Jeux de rôles sur table -> ARCHIVES PARTIES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Emile
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2012
Messages: 1 519
Localisation: Palaiseau
Lien ludothèque: URL

MessagePosté le: Dim 22 Nov - 14:26 (2015)    Sujet du message: Cthullu Répondre en citant

Je m'appelle Gustave Boyer, j'étais un petit campagnard sans envergure jusqu'à la grande guerre. J'ai rejoins la 3ème brigade de la 5ème division sous l'ordre du général brigadier Guerchau. Nous pensions en finir rapidement, la der des der qu'ils disaient. Nous sommes partis avec des baïonnettes et des couteaux et on a trouver des mitraillettes et bombes. On nous a entraîné à courir alors qu'on est jamais resté autant sur place durant une guerre. J'ai plus souvent creuser que tirer. J'ai plus vus de la France que je ne me déplacerais dans le reste de ma vie. Sans compter les innombrables nouveaux camarades que je rencontrais pour la dernière fois avant un assaut. J'ai tenu, nous avons tenu ! même sous les ordre d'un benêt j'ai tenu, même sous les ordre d'un tortionnaire j'ai tenu, même durant la révolte j'ai tenu même sur le sang de mes camarades j'ai tenu. et surtout dans le sang de ces enculé de schleux j'ai tenu. 
Puis la guerre c'est finis. On a gagner qu'ils disaient. On a vaincu qu'ils disaient. Mais quand je regarde une carte, je vois toujours l’Allemagne juste à côté de nous. Ils m'ont dis de reprendre ma vis comme s'il ne s'étais rien passé. J'ai essayer. Je suis retourné aider ma famille dans la ferme. Mais chaque nuit je me réveiller en sueur. J'ai faillit tué ma sœur juste parce qu'elle est venu voir pourquoi je crié dans mon sommeil. Je suis partie pour la capital pour n'être plus un danger pour ma famille. J'ai tenter de rejoindre l'armé mais nous n'étions pas en temps de guerre, ça n'a pas fonctionner non plus. J'ai chercher des petits boulots. juste de quoi vivre. Et un beau jour, j'ai vu cette annonce. La police cherche des profil originaux pour les aider dans leur enquête. Je n'avais jamais pensé à la police. Je tente donc ma chance. Je ne sais pas pourquoi on m'a pris mais je suis heureux d'en faire partie. Je vais enfin pouvoir vraiment agir pour mon pays, éliminer vraiment les ennemis qui la menace.
Je vais faire partie d'une équipe de conseiller. Je suis surpris de mes futurs compagnons. Tout d'abord, un jeunot bizarre. Il n'a pas l'air sportif pour un sou. Il doit avoir des qualité caché. ensuite une femme. Le commissaire a l'air tout aussi surpris que moi mais elle semble connaitre la guerre et elle est médecin. C'est certes un femme, mais elle est celle qui m'inspire le plus confiance dans le groupe. et pour finir un bourgeois. C'est évident que cet homme n'a jamais vu la guerre de prêt. Contrairement au 2 atures, ce dernier n'est pas du tout du même monde. Il veux nous rejoindre pour s'occuper ! ce n'est qu'un passe temps pour lui ! Je ne veux pas laisser passer cette chance donc je vais tolérer mes nouveaux compagnons. Espérons que cela se passe pour le mieux.
_________________
Votez Delamarche !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 22 Nov - 14:26 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Lun 23 Nov - 14:21 (2015)    Sujet du message: Cthullu Répondre en citant

Je suis le dernier né des de maison. Charles de maison.
Ma famille possédait une forge dans la somme et s'est considérablement enrichie avec des contrats plus ou moins douteux passés avec les autorités militaires. Poursuivant son chemin, mon père a diversifié son activité début 17 pour acquérir une scierie et proposer des cercueils en masse à bas prix. Rognant sur les dimensions et sur les conditions d’inhumation, il a vite accru la fortune familiale. Les quelques affaires ici et là qui commencèrent à poindre furent étouffées sous un matelas d'argent. Continuant sur sa lancée, père transforma les forges familiales en fonderies et s'accapara le marché des monuments aux morts dans le nord et l'est de la France.
Il m'a protégé des tranchées en faisant jouer ses relations, garantissant a son cadet une vie calme. Mon frère Constantin est destiné à prendre la suite de père, ma soeur Caroline finira probablement dans les bras d'un des politiciens que père lui met régulièrement dans les pattes. Quand à moi, cette famille et ses faux semblants me répugne. Je rêve d'action et de découvertes, je rêve d'être à la hauteur de ce siècle prometteur ou la technologie est en train de tout renverser. Je veux être de mon temps, vivre vite.
Mon père a failli s'étrangler quand je lui annonçai que j'avais postuler pour "assister" les brigades de Clemenceau. Il me proposa d'intercéder au moins pour que je rentre officiellement dans la police avec un grade m'assurant un certain confort. Je lui assurait alors que si il bougeait le petit doigt j'irai raconter a qui veux l'entendre les affaires pourries à l'origine de notre richesse. Il consentit à contre-coeur à me laisser vivre ma vie et m'octroya une rente pour mon installation parisienne. Mon frère n’essaya même pas de me retenir. Ma souer pleura un peut. Pour moi ou pour elle ? Peut-être pleurait-elle son manque de courage et ces prochaines années à faire semblant au bras d'un député vereux ou d'un banquier libidineux.
Maintenant que nous sommes sur notre première affaire, je me sent libre pour la première fois depuis longtemps. Mes coéquipiers sont, certes, parfois un peut étranges et surtout assez pouilleux, mais ils sont vrais. Loin de l'hypocrisie bourgeoise et moisie.
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 14:29 (2015)    Sujet du message: Cthullu Répondre en citant

Rapport d'enquête préliminaire
A transmettre à : Inspecteur Jules Legrand
Objet : Meurtre du dénommé Anton, ressortissant russe (titre de séjour datant de 1920).

Nous sommes arrivés sur les lieux de crime (2nd étage du 14 rue Combrelle) le Lundi 3 Novembre 1923 vers 5H00 du matin et avons fait les constatations d'usage.
- Les voisins du dessous ont appelés la police vers 3H00 après avoir entendu deux coups de feux espacés de quelques minutes (5 ou 6).
- Le dénommé Anton gisait sur son lit, dans sa chambre. Musculature imposante.
- aucun signe de lutte ou de vol.
- Son sang imbibait les draps mais la couverture et les draps du dessus étaient au bas du lits, exempts de sang.
- Sous le lit se trouvaient deux culottes de tailles différentes et un soutient-gorge.
- Le dénommé Anton  avait deux blessures par balles : une au milieu du front et l'autre en plein cœur.
- Une trace de piqure sous l’aine semble indiqué qu'une injection lui a été faite juste avant sa mort.
- La présence de glaires et de bave dans les cavités buccales et nasale indique une prise massive de cyanure qui ne semble pourtant pas l'avoir tué (les glaires ont laissés des traces de va et vient symptomatique d'une respiration)
- Le dénommé Anton était affublé d'une maladie de peau inconnue.
- Les yeux du cadavre étaient fermés.
- de la semence était présente sur son sexe.
- Un cadre semble manquer dans le salon.

Nous avons interrogé le voisinage :
- Le dénommé Anton semblait friand de prostitués et travaillait pour les marchés du quartier.
- Il ramenait pas mal de monde chez lui : russes, prostituées et même un clochard une fois.
- Il consommait beaucoup d'alcool (vodka).
- Le cadre manquant représentait une photo de lui avec des camarades soldats (une dizaine).

Notre enquête du côté des prostitué du quartier nous a amené à retrouver les deux filles présentes chez le dénommé Anton ce soir là : Marie et Clémence.
- Elles fréquentaient depuis longtemps Anton. Un gentil garçon d'après elles. très vigoureux et infatigable.
- Sa maladie de peau changeait de place et de taille à chaque fois qu'elles le voyaient.
- Le soir du dimanche 2 Novembre, elles sont montées chez Anton avec ce dernier vers 23H00, sans verrouiller la porte de l’appartement derières eux.
- vers 2H00 du matin, un bruit dans la pièce les a réveillées. Un homme de taille moyenne était là, Anton le connaissait visiblement et ils ont conversé en russe.
- Le dénommé Antom semblait anormalement calme. L'homme tenait un pistolet.
- Anton leur a demandé de partir et elles n'ont pas demandé leur reste.
- Elles se souviennent du mot russe "Sojaleme" prononcé plusieurs fois. La traduction française est "malheureusement".
_________________
Sylvain (alias Rulmic)


Dernière édition par Rulmic le Ven 27 Nov - 14:41 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 14:37 (2015)    Sujet du message: Cthullu Répondre en citant

A ce stade de l'enquête, nous ne pouvons pas discerner de mobile claire mais nous savons sur le meurtrier :
- Qu'il s'agit probablement d'un russe de taille moyenne
- Qu'il fait parti des proches de la victime (il lui a fermé les yeux et semble déplorer son action)
- Qu'il a un lien avec cette photo prise dans le sallon : il s'agit peut-être d'un ancien camarade d'arme du dénommé Anton
- Qu'il tue de façon étrange mais qu'il s'agit peut-être de la seule façon de procéder pour tuer le dénommé Antom : ce dernier semblait encore vivant après une absorption massive de cyanur.
- Que son mobile n'est probablement pas le vol ou la haine. Tout semble avoir été accompli froidement avec l’approbation de la victime tout en limitant les dommages collatéraux (les prostituées).
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 16:37 (2015)    Sujet du message: Cthullu Répondre en citant

Le commissaire Vertadier est venu nous apporter un piste supplémentaire suite à notre rapport : il existe un précédent avec exactement les mêmes constatations préliminaires (deux balles, une dans le front et l'autre dans le cœur, ingestion massive de cyanure). L'affaire avait été instruite en 1920 par le commissaire Colin, maintenant à la retraite.
Après une petite visite impromptue chez ce charmant retraité de notre bonne vielle police, voilà ce que nous avons appris :
- Deux cas, l'un le 10 octobre 1920 et l'autre le 25 octobre 1920.
- A chaque fois des russes, touts des forces de la natures ; un peintre et un trapéziste
- Même procédé : deux balles (coeur et front) et une dose massive de cyanure
- L'enquête a mené le commissaire Colin vers le Docteur Poliakov qui avait les deux victimes comme patients. Il s'est avéré qu'il se procurait aussi des quantités astronomiques de Cyanure. Suite au prélèvement d'une emprunte sur l'une des scènes de crime, Poliakov a été confondu et a avoué être présent lors des deux meurtres tout en niant avoir tué directement les deux russes. Il dit les avoir aidé à mourrir. ce seraient eux qui lui auraient demandé ce service.
- condamné à mort, une intervention du Général Gouvrier a fait commuer sa peine en internement psychiatrique à St Âne où il se trouve encore.
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 16:44 (2015)    Sujet du message: Cthullu Répondre en citant

Suite à cet éclairage nouveau, nos présomptions semblent se confirmer :
- 1920 correspond à l'arrivée sur le territoire français d'Anton tout en correspondant à la première série de meurtres
- L'idée selon laquelle il y aurait une relation "amicale" entre victimes et tueur (yeux fermés), semble se confirmer (déclarations de poliakov selon lesquelles il aurait "aidé" ses victimes à mourir)
- Les victimes semblaient toutes dans une forme à la limite du raisonnable. ce point n'est probablement  pas une coïncidence.
- Seul le dénommé Anton avait cette maladie de peau d'après Colin. A vérifier tout de même, il a pu passer à côté.
- tous sont russe, bourreaux et victimes
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Lun 21 Déc - 10:39 (2015)    Sujet du message: Cthullu Répondre en citant

Rapport d'enquête
A transmettre à : Inspecteur Jules Legrand
Objet : Meurtre du dénommé Anton, ressortissant russe (titre de séjour datant de 1920).

Suite aux conseil du comissaire Colin, nous avons réactualisé nos pistes :
- Enquêter sur les 2 premiers meurtres en 1920 pour vérifier si rien n'a été laissé de côté au regard des nouvelles hypothèses soulevées par le meurtre du dénomé Anton.
- Intéroger Poliakov
- localiser la source des quantités importantes de cianur utilisées pour les meurtres
- Identifier les camarades russe posant sur la photo volée
- Déterminer la nature de la maladie de peau du dénomé Anton et ses liens éventuels avec son meurtre
- Comprendre l'implication du Général Gouvrion et les intérets éventuels voire l'implication de l'armée française dans cette affaire

L'enquête sur le premier meurtre (10 octobre 1920) nous a permis de rencontrer les propriétaires des apentis loués par la victime, un certain Alexis Berniev.
Ce dernier était arrivé récemment et pratiquait la peinture. Il vivait visiblement de la vente de son premier tableau à l'ambassade de Russie en France pour laquelle il avait reçu une coquette somme.
Il était parfois pris de crises de violence qui coincidaient apparement avec une activité créatrice intense. En dehors de ça il est décrit comme aimable, gentil et régulier dans le paiement de son loyer.
Il recevait parfois la visite de camarades russes et consommait beaucoup de vodka. Un tableau apparement donné au couple par le peintre est acroché dans leur salon : un marais.
Les propriétaires se souviennent aussi d'une peinture avec un homme portant une lance.
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:07 (2017)    Sujet du message: Cthullu

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA SOURIS VERTE Index du Forum -> Jeux de rôles sur table -> ARCHIVES PARTIES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com