LA SOURIS VERTE Index du Forum

LA SOURIS VERTE
Forum de la ludothèque associative de Palaiseau (91)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA SOURIS VERTE Index du Forum -> Jeux de rôles sur table -> ARCHIVES PARTIES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Sam 5 Mar - 12:28 (2016)    Sujet du message: [Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier" Répondre en citant

Journal d'akihide

Note sur la couverture de ce cahier d'écolier :
A celui qui le trouvera, le remettre à Asa, petite fille du forgeron de Sakura no ino

23ème automne. jour de deuil.

Asa, ce journal est pour toi. Je dois partir aujourd'hui. Je sais que le petit automate que je t'ai confié jusqu'à mon retour ne t'as que partiellement rassurée.
Si personne ne demande de l'aide au Daimyo nous ne passerons pas l'hiver. Partir, c'est aussi te donner une chance de grandir à l'abri de la famine qui nous guète à court terme et permettre à ton grand père de passer l'hiver au chaud.
Je sais qu'il te parait indestructible et que sa sagesse semble si naturelle, comme faisant partie du village tel le cerisier ou les rizières. Mais rien n'est immuable.
Aujourd'hui Akiro est mort, mon meilleur ami, celui qui me tira milles fois de mauvais pas, celui avec qui je partageai mes peines et mes joies. Je ne le verrai plus. Elles ont comme effacé cet être simple et généreux. Et cette fois là personne pour le sauver, pour le tirer de leurs griffes.

Je n'ai su quoi dire à son père et à sa mère. Comment exprimer ma douleur sans empiéter sur la leur ? J'ai toujours eu de la compassion pour les morts des attaques, je me suis toujours senti triste à la perte d'un villageois. C'était comme si une étoile s'éteignait dans le ciel. Un ciel qui devenait au fil du temps de plus en plus sombre au dessus de notre cerisier. Mais là c'est différent. Je le sent. Une partie de moi est restée avec Akiro.

Quand Oyabun nous à convoqué ce matin dans la maison commune, j’étais fier et heureux de rendre service à la communauté. J'ai toujours pensé que le sens de ma vie était là, aider le village, réparer inlassablement, améliorer le quotidien et croire en notre futur. C'est la voie que m'a enseignée grand père. J'étais d'autant plus heureux que mes trois amis étaient là : Djubal avec le quel tu aime à jouer au mime et qui te ramène parfois de petits objets rigolos, Daishun don tu avais si peur à ton arrivée mais qui te prend maintenant sur ses épaules pour caresser son fichu chat et Masaru, un ami précieux même si il parait toujours distant, comme préoccupé en permanence.
Makiko, la fille du dispensaire aussi était là. Je lui ai déjà rendu quelques services mais elle a toujours été effacée. Elle à l'air gentille et dévouée. En somme, une journée au service du village avec des amis. Une bonne journée commençait.
Oyabun nous avait confié la tâche relativement simple de faire l'état des lieux. Nourriture, matières premières, armes, médicaments... Cela faisait longtemps que nous étions sur la corde raide mais nous tenions. Apparemment notre chef de village était inquiet des traces laissées par la dernière attaque d'il y a deux semaines. Nous nous sommes exécuté. Effectivement, la situation était préoccupante. Si le bois et les armes nous permettraient de passer l'hiver, il n'en était pas de même pour la nourriture et les médicaments.

C'est lors de notre rapport à Oyabun que la vibration de ce foutu Gong glaça nos os. Elles arrivaient. Je me précipitait vers la forge pour te mettre à l'abri ainsi que ton grand père. Cohue, panique, pleures, cris... Peur. Puis le calme, les veilleurs qui rentrent précipitamment et la porte qui se ferme. Et le regard hagard de Masaru me fixant, l'arme dégoulinante de sang poisseux à la main. Il articule quelque chose, je ne comprend pas tout de suite. Je lis la stupeur, je vois l'angoisse qui commence à monter dans ses yeux à mesure qu'il voit que je comprend. Akiro. Akiro... Non. Je pars comme un fou, je fais le tour de l'abri. Mon ami n'est pas là. Mon ami est mort.
Je me suis caché pour pleurer ce jour là. Tu ne m'as pas vue Asa, je ne voulais pas t'infliger ma peine. Akiro était un frère, mais pas un de ceux qu'on subit. Akiro je l'avais choisi et il m'avait choisi. Rien ne le remplacera jamais.
Le reste tu l'as vécu comme moi. La nuit dans l'abri, la sortie au petit matin et la découverte du village dévasté, les bêtes à moitié rongées. Qu'avons-nous fait pour mériter ça ?
Oyabun nous fit venir et nous expliqua. Un mois. Nous avions un mois avant que la famine ne s'abatte sur le village. Nous devions partir demander l'aide au Daimyo. Deux jours de voyages. Qui sait, peut-être te ramènerais-je un cadeau de la capitale du canton.

Ce journal est pour toi Asa. Si je ne revenais pas, peut-être qu'une bonne âme te le fera parvenir. Cela te fera un souvenir de moi et je serai en vie dans tes pensées. Moi je n'ai rien d'Akiro. J'ai peur de l'oublier.


_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Mar - 12:28 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Mer 9 Mar - 18:28 (2016)    Sujet du message: [Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier" Répondre en citant

Dans ce cahier tenu par Akihide, quelques feuilles trainent, des idées, des notes...


_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Mer 6 Avr - 21:16 (2016)    Sujet du message: [Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier" Répondre en citant

Journal

Cela fait maintenant deux jours que nous sommes rentrés de notre périple pour demander de l'aide au Daimio. Paradoxalement, il fut presque plus dur de rentrer que de partir.

J’attendais tellement de revoir père et de te sérrer contre moi Asa... J'aurai pu te raconter le périlleux voyage que nous avons fait à travers les ruines de l'ancien monde, les yakuzas que nous avons fuis, le vieux fou qui nous sauva la mise en nous hébergeant pour la nuit...
Toute cette adrénaline m'avait presque faite oublié mon ami Akiro. Pourtant, le soir, il revient dans mes rêves. Et le matin je pleure, comme toi Asa quand tu te blesse à force de grimper sur tout ce que tu trouves. L'idée que nous allons pouvoir lui dédier une cérémonie m’apaise un peut. C'est Makiko qui me l'a délicatement proposé. Je n'avais jamais noté à quelle point elle était indispensable. Nous réparons les armes, elle les corps et les âmes. Au fond, elle a surement beaucoup d'importance que nous autres artisans. Je me suis aussi rendu compte du quotidien de Djubal et Masaru. Ils sont incroyables. Nous leur devons la vie. Ton ami Daishun n'a pas démérité, il a même tenté maladroitement de soulager ma peine. Ce sont tous des vrais amis. Je sais que je peux compter sur eux et ils peuvent compter sur moi. Cela ne se comprend qu'à l'extérieur.

Nous avons finalement vu le Daimio. Un homme imposant et direct. C'est rassurant d'avoir un dirigeant de cette trempe. Il a eu l'air concerné par notre supplique. J'espère que son émissaire qui est arrivé tout à l'heure lui transmettra l'urgence et la précarité de notre situation. J'ai peur cependant  qu'un voile obscurcisse nos relations avec le Daïmio. Il s'est passé plusieurs évènements étranges. Si je te parles de cela, Asa, c'est pour que tu comprennes que les choses n'ont jamais été telles que je les avaient imaginées jusque là. L'ignorance m'a tenue chaud et maintenant que je commence à me poser des questions c'est un pan de manteau qui disparait. Et l'hiver est rude Asa, surtout quand on a perdu son meilleur ami.

Je m’aperçois que je deviens obscur. La femme du Daïmio est venue nous trouver avant notre départ. Elle semblait fébrile et inquiète. Elle nous demanda de parler des Yakuzas à Oyabun et partie précipitamment. Cela fit tout de suite echo aux paroles du vieux fou rencontré dans les ruines de l'ancien monde. Lui aussi avait parlé de Yakuzas. Tout semble tourner autour de ces bandits alors que nous subissons bien plus la pression constante des attaques de créatures. Mais surtout nous cœurs furent troublés à l'évocation D'oyabun. Cette leçon là aussi retiens là Asa, les gens ne sont pas toujours ce qu'ils semblent être. ça n'est pas forcément toujours en mal. Oyabun nous a toujours protégé, mais que voulait donc dire la femme du Daïmio ?

Nous sommes repartis le lendemain en emportant avec nous quelques médicaments que j'ai pu échangé contre quelques réparations. Apprends bien et vite Asa, tes compétences seront ta meilleure arme dans ce monde. Mais pour ça j'ai pleine confiance.

A notre retour Oyabun accueillit plus que fraichement la proposition du Daïmio d'envoyer un émissaire. La colère fit sortir de sa bouche des paroles déplacées. C'était la première fois que je le voyait ainsi. Quelque chose ne vas pas, quelque chose de plus que la situation catastrophique dans laquelle nous nous trouvons. Nous avons tous perçu un danger immédiat dans l'attitude d'Oyabun. Un danger qui pourrait nous engloutir bien plus rapidement que les attaques de créatures. Il déteste le Daïmio. Nous avons décidé que, pour le village, nous devions apaiser la situation. Pour apaiser la situation il nous fallait savoir l'origine de cette rancœur acide.

Nous sommes allé voir les anciens du village. Apparemment, il y a vingt ans, le frère du Daïmio a disparu à Sakura no ino. Au même moment, Oyabun prenait ses fonctions. Quand à la femme du Daïmio, il semble qu'elle soit originaire de notre village.

Je vais aller voir Makiko ce soir. Je pense qu'il est temps d'honorer Akiro pour lui dire au revoir.
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Jeu 14 Avr - 13:45 (2016)    Sujet du message: [Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier" Répondre en citant

Asa... Je part encore. Ce journal est plus nécessaire de jamais. On m'a demandé de ne rien te dire. De ne rien dire à personne. Plus ça va et plus les doutes qui m'assaillent reviennent souvent. Je n'aime pas naviguer en eaux troubles. Cette nouvelle attaque nous a laissée encore plus affaiblie, ces créatures sont des démons. Jubal et Masaru ont étudié les cartes et sont certains qu'on les guide. Ils attaquent toujours nos points faibles... Et comme par hasard, l'envoyer du Daïmio arrive et ils foncent sur le bâtiment qu'il visite. Tout cela ne peut être une coïncidence. Il se peut même que quelqu'un les renseigne depuis le village mais je ne veux pas penser cela.

J'ai quand même quelques motifs de satisfaction Asa. Avant de partir j'ai pu tester l'objet que je t'ai montré. Il produit du son et j'en ai fait une démonstration à l'envoyé du Daïmio. J'espère que mes recherches donneront du crédit aux demandes du village... Un poids supplémentaire pour avoir de l'aide. Le son joué par l'appareil venait probablement de ce Leblanc qui faisait des recherches pour le Daïmio il y a 20 ans. Il y parle d'une substance et des tests qu'il faisait dessus. Tiens-toi éloignée des ruines où était son laboratoire, il n'est pas impossible que ce gaijin et ses recherches soient une des causes de nos problèmes actuels. Je te mettrai un mot en ce sens avec l'automate que tu aime tant. Tu les trouveras demain matin sur ton enclume d'entrainement. Veille bien sur ton grand père, il n'est plus tout jeune tu sais.

Dans tout ça nous n'avons toujours pas pu honorer la mémoire d'Akiro. ça n'est pas bien. c'est étrange de voir la vie continuer et emporter tout dans son courant. C'est comme si nous laissions nos morts sur la berge. Peut-être sont-ils plus heureux comme ça.
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Mar 19 Avr - 10:08 (2016)    Sujet du message: [Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier" Répondre en citant

Je m'accorde une petite pause pour écrire avant de gouter à un repos bien mérité. Nous y sommes arrivé. Franchement Asa, si on m'avais dit que moi le petit apprenti forgeron je traverserai les étendues hostiles à l'extérieur du village pour atteindre Ossano City ou cette ville garnison dirigée par le roi bleu... Je n'y aurai pas cru. L'extérieur est à la fois beau et dangereux. Sortir du village c'est comme sortir du ventre de sa mère. On quitte un endroit douillet ou l'on s'occupe de vous et on doit se débrouiller dans l'immensité des possibles, y compris les plus néfastes. Quand tu seras plus grande je te ferai découvrir cette ivresse trompeuse, ce sentiment de liberté mêlé de peur et appréhension. L'extérieur est traitre mais si tu sais bien t'entourer il peut être aussi riche d'enseignements.

Toujours est-il que nous avons traversé les étendues détrempées pour aller jusqu'à la ville du roi bleu. Nous sommes arrivé aux étendues inondées à la fin de notre première journée de marche. Je me fiai, jusque là, entièrement à Djubal et Masaru. c'était une erreur. Fais-toi confiance Asa. Je me sentais inutile, voir un poid mort pour mes camarades, dans ces étendues dangereuses. J'ai changé d'avis. J'ai vu Djubal foncé tête baissée dans une zone contaminée et en revenir presque mort. J'aurait du moi aussi prendre ma part à la protection du groupe. Mon ami en est presque mort et je ne délèguerai plus à personne ma protection. La technique peut apporter son lot de protection. Continue à apprendre Asa, ça te sauvera la vie un jour ou l'autre.
Le soir nous avons trouvé abri dans une vielle maison en bois encore à peut près debout. C'est là que Makiko à proposer de faire la cérémonie pour Akiro. Peut-être te parlerais-je de lui plus tard mais les mots font trop mal pour sortir. Quelquechose le tourmente, je dois le libérer de ce qui le torture ainsi.
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Rulmic
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2014
Messages: 1 035
Localisation: Bures sur yvette

MessagePosté le: Ven 6 Mai - 16:29 (2016)    Sujet du message: [Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier" Répondre en citant

Le lendemain fut une tout autre histoire. L'émerveillement d'arpenter cette plaine herbeuse fit rapidement place à la difficulter d'avancer sur ces sols détrempés et surtout sans aucun abris. Un Oni nous repèrerai à des kilomètres et si par malteur des pluies acides venaient à tomber nous n'avions nulle solution pour nous protéger. Nous avançâme, anxieux, jusqu'au milieu de la journée. C'est alors que nous apperçûmes cette petite maison au millieu de ce désert vert. Nous fûmes accueillis par un vieillard bougon armé d'un fusil. Il nous invita a entrer et nous présentât sa femme. Nous prîmes un thé infecte et décidâmes de ne pas nous attarder. Tout cela avait l'air trop étrange et nous retardait. C'est alors que [merde je sais plus qui..] décida de tirer sur les rangées de piquets étranges qui jonchaient le sol autour de la maison... Explosion, blessures, morts. La mine avait emportée une partie de la maison et nous avait blessé, Makiko et moi, assez gravement. Je n'eu qu'une description édulcorée de ce que Djubal et   Masaru découvrirent dans les restes de la maison mais ces deux vieux mangeaient apparemment les voyageurs pour survivre. Quelle horreur. Pragmatiques comme toujours, nos deux compère récupérèrent un bâche et le fusil. Peut-être que les kamis sont de notre côté après tout.
_________________
Sylvain (alias Rulmic)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:43 (2017)    Sujet du message: [Récit] Shayo - Campagne "A l'ombre du Cerisier"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA SOURIS VERTE Index du Forum -> Jeux de rôles sur table -> ARCHIVES PARTIES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com