LA SOURIS VERTE Index du Forum

LA SOURIS VERTE
Forum de la ludothèque associative de Palaiseau (91)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Récit] Steamshadows : les enquêtes du cabinet Cubozoa

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA SOURIS VERTE Index du Forum -> Jeux de rôles sur table -> PARTIES EN PREPARATION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Battlewaves
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2012
Messages: 1 028
Localisation: Massy

MessagePosté le: Lun 26 Nov - 10:48 (2018)    Sujet du message: [Récit] Steamshadows : les enquêtes du cabinet Cubozoa Répondre en citant

Le Monde en 1889


Si la vapeur fait tourner des machines et avancer des voitures depuis la fin du XVIIème siècle en France, en Angleterre et en Chine, l’ère Steampunk n’arriva qu’avec l’apparition de la première chaudière compacte. Inventée par Henri Giffard en 1849, elle commença à équiper certains fantassins appelés les Acquéraux, ressemblant à de petites locomotives, ce qui leur permettait d’emporter une arme lourde loin dans les lignes ennemies et les mettait à l’abri des tirs.


L’invention de Sir Stockwell, deux années plus tard, remplaça quasiment toutes les autres vapotechnologies et transforma immédiatement la société.


La guerre mondiale 


En quarante ans, le monde a plié devant l’Empire Britannique aux velléités conquérantes affichées. Leurs machines blindées mobiles, leurs armes aux effets étonnants et la grande quantité de chaudières qui équipaient le moindre soldat permirent une expansion formidable de l’influence de la reine. A la tête d’une grande partie de l’Afrique, du sud de l’Asie ainsi que la  Nouvelle Angleterre Unie, la reine Victoria décide du sort de millions d’âmes.
Une grande partie de l’Europe ne pouvant que plier devant sa puissance militaire, la reine gère de fait une grande partie du monde. Seul l’empire russe a osé l’affronter ouvertement, entraînant une guerre mondiale par le jeu des alliances ; le conflit fait rage sur les fronts finlandais et égyptien depuis bientôt 10 ans.
Il va sans dire que la Pax Britannica a de nombreux ennemis avoués et encore plus d’adversaires internes discrets. Agitateurs politiques, brigands et pirates parviennent à maintenir leur place dans la société, au sein même de la mère patrie, grâce aux mêmes chaudières que celles qui font sa force.


A l’étranger aussi, ces merveilleuses machines sont connues. Récupérées sur les champs de bataille ou données dans le cadre d’alliances, les chaudières Stockwell ont rapidement envahi toute l’Europe, traversé les mers et sont même arrivées en Russie.









 
 
  
  
 
 
 
  
  
 
 
 
  
  
 
Le quotidien

Très vite, les applications civiles ont familiarisé les populations à l’usage courant de machines légères, discrètes et surtout d’une endurance et d’uneversatilité sans pareille : de l’ombrelle mécanisée aux trains auto-chargeants, en passant par les appareils volants individuels, toute la vie a été transformée.
Et si les plus riches ont accès aux meilleures machines, tout le monde peut s’acheter une prothèse volumineuse ou un outil mécanisé pour l’aider dans son travail quotidien. Tout le monde est ainsi devenu un peu mécanicien, de la Lady au plus théorique des savants. Certaines chaudières crachant beaucoup de suie, la mode a tout de suite subi les premières transformations et les lunettes de protection sont devenues courantes, même avec une robe de soirée.
La population est devenue beaucoup plus mobile et utilise bateaux, trains et dirigeables plusieurs fois par mois, pour visiter la famille ou les amis. Le ciel s’est ainsi empli d’appareils de ligne réguliers connectant inlassablement les mêmes points, la campagne est sillonnée de lignes de chemin de fer, les mers sont parcourues par des Léviathans de métal, souvent armés et pourvus d’avions monoplaces pour se défendre des attaques ennemies ou des pirates.
Les villes se sont toutes équipées de tours d’appontage pour les dirigeables, en convertissant les phares, les clochers ou les cheminées d’usine en aéroports.
La passion du grand public pour les nouvelles machines est telle que les savants s’exhibent chaque semaine sur les places publiques pour montrer leurs dernières applications de la chaudière Stockwell. Le spectacle attire autant le beau monde que le roturier curieux. 
L’explosion d’une chaudière, le crash d’un appareil volant ou la perte de contrôle d’une de ces automobiles toujours plus rapides enchante petits et grands. La densité des machines est telle que les grandes cités sont en général couvertes d’un brouillard huileux baptisé Black Smoke. Londres est connue pour ne pas voir la lumière du soleil pendant plusieurs jours tant son brouillard est épais, ce qui fait la joie et la fortune des allumeurs de réverbères.




   
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Nov - 10:48 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Battlewaves
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2012
Messages: 1 028
Localisation: Massy

MessagePosté le: Lun 26 Nov - 10:50 (2018)    Sujet du message: [Récit] Steamshadows : les enquêtes du cabinet Cubozoa Répondre en citant

Les revenants

Habitué aux fantômes depuis des siècles, les britanniques ne se sont pas inquiétés de leur lente prolifération. Alors que dans d’autres pays la situation
a été tout de suite été perçue comme alarmante, surtout avec l’apparition des loups-garous, l’Angleterre semblait nier totalement le bouleversement en cours.
Confortés par l’absence de réaction de leur gouvernement, les citoyens anglais continuent de penser que les fantômes sont d’ordre naturel et  acceptent les revenant paisibles avec joie, voire les protègent dans certains cas. 
Il faut dire que la plupart d’entre eux prennent l’apparence et les souvenirs de leurs proches décédés, amicaux et disposés à continuer leur vie tant bien que mal près des leurs. 


Le fantôme le plus emblématique était celui de l’amiral Nelson, conseiller de la reine d’Angleterre et de toute la cour pendant des années, qui a hanté le pont du même nom à Londres. Il était apprécié de toute la nation et a eu droit à de secondes funérailles nationales à sa disparition.


Aucune religion ne s’est réellement encore attaquée au problème des fantômes, mais une armée de médiums, de psychomètres et autres spirites se chargent de communiquer avec les morts afin qu’ils restent le plus longtemps possible conciliants, contre monnaie sonnante et trébuchante. Car, dans l’inconscient collectif, le changement des Horreurs est acquis mais personne ne veut reconnaître que la gentille tante puisse devenir un jour un
abominable vampire meurtrier et sans âme.



  
  
 
Les monstres dangereux sont bien entendu chassés au titre du danger qu’ils représentent pour la population. La police, les inspecteurs privés, les journalistes ou romanciers en mal d’idées ou les aventuriers en mal de sensations enquêtent avec application sur les plus difficiles à attraper. Des sommes intéressantes motivent également les chasseurs de primes de tous les pays.Les chasseurs de monstres, mi-médiums, mi-guerriers, hantent à nouveau villes et campagnes et sont tolérés par les autorités, bien qu’ils n’aient aucune morale.


Une nouvelle religion, centrée sur les machines, a vu le jour. Le Grand Horloger est un saint patron, dérivé de St Eloi, le saint des porteurs du marteau. Le bienheureux était prié par les premiers savants vapotechnologiques pour que leur machine fonctionne, souvent comme une boutade. Puis, repris par la population, l’habitude d’implorer le saint gagna tout le monde dès qu’une machine tombait en panne ou qu’une chaudière crachotait et menaçait de caler.
En priant le bon St Eloi, les chaudières ne s’arrêtaient pas et le mécanicien restait chez lui. Des décennies plus tard, il est toujours prié avant un test ou quand les choses ne marchent pas comme elles le devraient. Le nom du saint est souvent remplacé par son surnom de Grand Horloger et on peut souvent voir ce nom, associé à une prière, martelé dans le bronze ou l’acier de la machine, à côté du nom de l’artisan.




   
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Battlewaves
archiliche

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2012
Messages: 1 028
Localisation: Massy

MessagePosté le: Mar 27 Nov - 14:56 (2018)    Sujet du message: [Récit] Steamshadows : les enquêtes du cabinet Cubozoa Répondre en citant

Paris 1889 

 
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:54 (2018)    Sujet du message: [Récit] Steamshadows : les enquêtes du cabinet Cubozoa

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA SOURIS VERTE Index du Forum -> Jeux de rôles sur table -> PARTIES EN PREPARATION Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com